Portrait de Jongiolan : Entretient avecMaurice Chevallier (1/2)
13 juin 2022

Portrait de Jongiolans : Entretien avec Maurice Chevallier

(Deuxième partie)

 

Quel est votre plus beau souvenir, en tant que maire de Jongieux ?

Ce qui m’a fait le plus plaisir, c’est ma dernière élection 1988 : j’ai eu 92% des voix. Je l’ai vécu comme un remerciement.

Et votre plus grand regret ?

Je voulais faire classer la route de Marestel en tant que départementale. A l’époque le Rhône débordait presque toutes les années et coupait la route de Lucey. Nous l’avons mise au gabarit. Certaines personnes m’avaient donné leur accord verbalement et n’ont pas tenu parole. « les promesses en politique n’engagent que ceux qui y croient ».

Pas de regret d’avoir passé du temps pour la collectivité ?

C’est sûr que si j’avais passé plus de temps dans mes vignes, et moins en réunion j’aurais pu développer bien plus ma propriété. Aujourd’hui je n’ai pas de regret mais je me suis posé la question. Avec le recul, si c’était à refaire je ne dirais pas non. Il y a évidemment le pour et le contre, mais ça a été une expérience enrichissante et inoubliable. Comme dans tout, on ne peut pas vivre que du bon !
 

Le questionnaire de Proust de Maurice Chevallier

Quelle est votre madeleine de Proust ?

C’est la tête de Veau vinaigrette.

Un vin / cépage préféré ?

La Mondeuse ! La nouvelle est quand même un peu mieux, celle d’avant été déjà bien mais il fallait qu’elle vieillisse.

Votre principale qualité ?

La tolérance. J’ai toujours été contre les disputes. J’ai toujours pensé que les guerres ne servaient à rien. Je suis persuadé qu’un mauvais arrangement vaut plus qu’un bon procès. La première réunion du conseil j’ai demandé à ce qu’on ne parle ni de politique, ni de religion.

Votre devise ?

Bien faire et laisser dire, en sachant que J’ai horreur des menteurs et des hypocrites. Je vous laisse en tirer la conclusion !

Votre endroit préféré de Jongieux ?

La chapelle Saint Romain ! On y a des vignes, j’y suis allé à la chasse… C’est un endroit que j’aime bien et puis bien-sûr ma maison.
 

Conclusion - Didier Padey

Au nom du Conseil municipal, de tous les habitants, Je tenais à vous remercier pour tout ce que vous fait pour notre commune en tant que maire. J’en ai été le témoin et vous restez pour moi une source d’inspiration dans mon quotidien de Maire.